Injection d’acide poly-L-lactique (PLLA), Sculptra

La disponibilité de différentes techniques et produits injectables a donné lieu, à une augmentation considérable des interventions d’augmentation de volume de différentes zones du corps avec des techniques plus ou moins invasives.

L’acide poly-L-lactique (PLLA) est un produit injectable, un polymère biodégradable synthétique approuvé aux États-Unis et dans différents pays du monde dont la Tunisie. Les techniques d’injection adoptées ont été testés chez des patients de différentes tranches d’age . Ce produit est indiqué sous forme d’injections d’un maximum de quatre séances de traitement pour corriger les anomalies du contour des sillons naso-géniens légères, profondes et d’autres formes de rides faciales. L’acide poly-L-lactique (PLLA) également appelé  PLLA est également approuvé pour restaurer ou corriger les signes de perte de graisse du visage (lipoatrophie) faciale chez les personnes atteintes de maladies faciales ou immunes.

 

La PLLA injectable exige un nombre bien défini de séances de traitement recommandées et un espacement des séances de traitement. Les médecins qui ont présenté cette technique ont également mis en œuvre deux études de cas pour étayer leurs recommandations en ce qui concerne les contre-indications, le pré-opératoire et les zones adéquates d’injection pour de bons résultats.

 

Malgré que les conditions précises demeurent hypothétiques, on pense que les injections de PLLA provoquent une cascade d’événements cellulaires qui suscitent la stimulation de la production de collagène et la réparation des fesses ou  la restauration subséquente du volume facial. Puisque la réponse au PLLA injectable est graduelle et que son effet est de longue durée, il faut prévoir une période suffisante entre les séances de traitement afin d’éviter une surcorrection et afin d’augmenter la chance que les doses soient correctement dégradables par le corps.

 

Les études sur le PLLA injectables appuient le mode d’utilisation sur l’expérience et les recommandations cliniques des médecins traitants. Selon cette expérience clinique trois séances de traitement constituent la posologie optimale d’utilisation du PLLA chez la majorité des patients. Les médecins adoptent cette technique surtout pour la correction des fesses plutôt que pour la correction du visage. Les médecins favorisent l’utilisation des injections de la graisse autologue lorsqu’il s’agit du visage afin d’éviter des complications de paralysie faciale ou d’oedemes faciales.

 

La disponibilité d’une large panoplie d’options d’augmentation non chirurgicales des tissus a entraîné une augmentation  de 90 % des interventions cosmétiques non chirurgicale au monde entre 2008 et 2018.

 

Les modifications du visage liées à l’âge résultent de processus physiologiques normaux , dystrophie dermique, épaississement dermique, perte (lipoatrophie faciale), mauvaise redistribution de la graisse faciale, apparition de rides faciales…etc

 

La perte de volume facial peut également survenir chez les patients recevant une thérapie antirétrovirale, et peut être le résultat d’autres maladies impliquant des lipodystrophies intrinsèques ou acquises, telles que la lipodystrophie familiale partielle (syndrome Dunnigan ou Köbberling), syndrome Parry-Romberg et syndrome Barraquer-Simons .

Les remplisseurs capables de combler les rides y compris les acides hyaluroniques, l’hydroxylapatite de calcium, les microsphères de poly méthyl-méthacrylate, l’acide poly-L-lactique injectable (PLLA) et gel de silicone les meilleurs agents de comblement.

Les injections d’acide hyaluronique et de collagène sont sûres et efficaces ; cependant, les résultats ne durent généralement qu’entre trois et douze mois. L’utilisation d’injections de collagène dérivés de l’espèce bovine nécessite des tests d’allergie et elle est généralement efficace pendant environ trois mois. Le collagène dérivé de l’être humain ne nécessite pas de tests d’allergie et les effets peuvent durer jusqu’à quatre à sept mois même si le donneur est différent de la personne qui reçoit le traitement. Il a été démontré que les gels de silicone sont efficaces pour la lipoatrophie faciale ; toutefois, aucune étude de suivi à long terme des effets indésirables n’a signalée, ce traitement en particulier en ce qui concerne l’incidence des réactions corporelles.

 

La PLLA injectable a démontré son efficacité pour la correction des déficiences de contour des plis nasogéniens peu profonds à profonds et d’autres rides faciales et pour la restauration de la perte de graisse faciale due à la lipoatrophie associée à des maladies immunitaires; le présent article vise à justifier l’utilisation de trois séances de traitement, en moyenne, de  PLLA injectable pour obtenir une correction durable et graduelle des plis faciaux , des fesses plates, les plis nasogéniens même pour des patients dont l’immunité est  réduite.

Des études de cas présentées aux états Unis illustrent le succès de cette approche pour la majorité des patients ayant subi ce traitement sur le visage ou les fesses. L’approbation récente de la PLLA injectable aux États-Unis pour utilisation chez des personnes à immunité réduite est une autre preuve de réussite de cette technique.

Il est également recommandé d’utiliser le produit selon le mode d’application existant sur la fiche technique d’injection décrite dans l’encart de l’emballage pour réduire au minimum la survenue d’événements indésirables  tels que les œdèmes, les inflammations et échecs de la réparation du volume .

Toutefois, le volume de reconstitution n’est pas le même que le volume d’injection; on gagne environ 0,1 mL à 0,2 mL pour 2,0 mL à 4,0 mL de volume total injecté  de PLLA injectable ; Il est recommandé d’administrer une PLLA injectable à l’aide d’aiguilles de 26 jauges et d’injecter dans le zone sous-dermique profonde le produit sous forme de solution non concentrée .