Avis médical : Colorants capillaires, quels risques ?

Les colorants capillaires  sont très utilisés mais ils ne sont pas  certainement privés de risques. A quel point les colorants capillaires sont nocifs et à quelle limite sont-ils tolérés pour un usage sécurisant.
L’usage des colorants capillaires datent depuis des centaines de siècles. Des traces de  teinture capillaire  ont été trouvées dans les tombes des anciens Égyptiens, preuve de leur utilisation esthétique et religieuse. À une certaine époque,  les teintures capillaires  étaient constituées d’huiles mélangées à des colorants d’origines végétales ou animales. Ces colorants sont capables de changer la couleur des cheveux et donner un nouveau look à nos ancêtres. Même les femmes de la Grèce antique avaient l’habitude de colorer les cheveux, elles le faisaient avec les mêmes colorants naturels utilisés pour colorer la laine. Aujourd’hui les techniques ont changé,  les colorants capillaires  utilisent des produits synthétiques industriels qui n’ont pas grand-chose à voir avec les pigmentations naturelles et d’autres “bio” qui ont des formules chimiques différentes.

Coloration capillaire, ça fait mal ?

Les  colorants capillaires  les plus  nocifs sont ceux «permanents », ces colorants utilisent des produits chimiques qui bloquent la poussée de la follicule pileuse et altèrent le processus naturel de développement. Sur le marché, il existe des colorants temporaires, des colorants semi-permanents et des colorants permanents. Les produits permanents sont généralement ceux utilisés par les patients âgés qui veulent couvrir les cheveux gris .

coloration  capillaire temporaire

Le  colorant  temporaire a une courte durée, dont l’action peut être enlevée avec un seul lavage, généralement ce produit n’est pas nocif. Les colorants temporaires sont utilisés pour donner aux cheveux une teinte plus foncée ou plus claire, ils ne peuvent pas changer complètement une couleur mais altérer les caractéristiques de la couleur. Ceux qui ont peu de cheveux blancs, par exemple, peuvent atténuer le problème en profitant de ces couleurs temporaires. Les  colorants  temporaires sont fabriqués avec des colorants similaires à ceux exploités par l’industrie textile, ils ne causent que peu de dégâts aux cheveux car ils ont un temps de persistance plus court et ne provoquent que rarement des allergies.

Coloration capillaire semi-permanente

Le  colorant semi-permanent peut durer entre 6 à 10 lavages pour se dégrader. Dans le domaine des produits cosmétiques , ils sont utilisés pour modifier légèrement la couleur naturelle des cheveux. Les esthéticiennes utilisent cette caractéristique pour changer la couleur des cheveux d’une ou deux nuances. Encore une fois, ils peuvent être utiles chez les personnes ayant peu de cheveux blancs à couvrir (moins de 30%). Les  colorants semi-permanents  peuvent être un peu plus nocifs et cela dépend de la source et du producteur. Sur le marché, il existe des teintures capillaires à base de composés chimiques ou des  colorants d’origine végétale. Le henné est également un  colorant semi-permanent  qui est utilisé comme produit colorant biologique à 0 risque. Cette teinture, extraite d’un produit végétal naturel obtenu à partir des feuilles de la plante Lawsonia inermis ; le colorant naturel à base de henné est un colorant semi-permanent capable d’offrir des reflets rouges acajou aux cheveux et de couvrir les cheveux gris. Sur le marché international de la cosmétique, il existe des mélanges de henné avec d’autres extraits naturels et végétaux qui donnent des colorants capables de donner des reflets de différentes nuances ou d’intensifier la couleur naturelle à tous les types de cheveux, qu’ils soient blonds, bruns ou noirs. Médicalement parlant, les produits à base de cette plante offre un changement de couleur à zéro risque.

 

Colorants permanents : nocifs pour les cheveux

Le  colorant permanent  est  nocif  pour la tige du cheveux et au cuir chevelu. Ce type de colorant pose un problème pour la partie la plus interne des cheveux. Les  colorants permanents  sont utilisés pour couvrir les cheveux gris ou pour changer de manière radicale la couleur naturelle des cheveux. Grâce à un processus d’oxydation, ils sont capables de teindre les cheveux de manière durable : la couleur ne sera jamais enlevée par le shampoing et l’utilisateur n’aura qu’à prévoir ce que l’on appelle la « repousse ». Il n’y a pas de colorants permanents  qui ne font pas mal car ils contiennent tous de la paraphénylamine ou ses dérivés, une substance qui peut provoquer une dermatite, une sensibilité de la peau et déclencher des allergies sévères.

Coloration capillaire et tumeur

Ces dernières années, il a été prouvé qu’un risque accru de  cancer  est lié à l’utilisation des  colorants permanents. Les chercheurs ont étudié un mécanisme d’action radioactive des composés contenus dans les colorants permanents. En réalité, ce qu’ils ont observé n’est qu’une simple évidence : il y aurait une association possible entre l’utilisation de colorants permanents sur la peau pour une longue période et le cancer de la peau. Des recherches ont montré que l’utilisation fréquente et prolongée de teinture capillaire peut être une prédisposition à certains cancers tels que le cancer de la vessie, la leucémie et le lymphome.